Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 04:21

La Libye a été secouée dans la nuit de samedi à dimanche par le premier assassinat d'un membre du gouvernement depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, au moment où le sud du pays est le théâtre d'affrontements tribaux ayant fait une vingtaine de morts.

Le vice-ministre libyen de l'Industrie, Hassan Al-Droui, a été tué par balle à Syrte, à 500 km à l'est de Tripoli, selon des sources sécuritaires et hospitalières.

Le ministre a été tué "dans la nuit de samedi à dimanche, au cours d'une visite qu'il effectuait dans sa ville natale de Syrte", a indiqué à l'AFP une source au sein des services de sécurité. Cette source a précisé sous couvert de l'anonymat que "des inconnus armés ont tiré des rafales de balles sur M. Droui".

Une source à l'hôpital Ibn Sina de Syrte a confirmé sa mort, affirmant que M. Droui a reçu plusieurs balles dans différentes parties du corps.

Le gouvernement d'Ali Zeidan n'a pas encore réagi à cet assassinat, le premier d'un membre du gouvernement de transition, mis en place après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

M. Droui était un ancien membre du Conseil national de transition, bras politique de la rébellion qui a renversé le dictateur déchu. Il avait été nommé vice-ministre de l'Industrie par le premier chef de gouvernement de transition, Abdelrahim al-Kib. Il a été maintenu à son poste par M. Zeidan. M. Droui était originaire de Syrte, dernier bastion de l'ancien régime et ville natale de Mouammar Kadhafi, où le dictateur déchu avait été tué le 20 octobre 2011.

L'assassinat du responsable libyen illustre à nouveau la faiblesse de l'Etat et l'incapacité des autorités de transition à rétablir l'ordre et la sécurité dans un pays en proie à l'anarchie et à des violences meurtrières.

Combats tribaux

Dans le sud, au moins 19 personnes ont été tuées dans de nouveaux affrontements entre deux tribus rivales à Sebha. "On dénombre 19 morts et 20 blessés", a déclaré à l'AFP Ayoub Al-Zarrouk, président du conseil local de Sebha. Selon des sources locales, les combats ont éclaté après la mort jeudi du chef d'une milice de la tribu arabe d'Awled Sleiman, qui accuse la tribu des Toubous d'être derrière ce meurtre.

Selon des témoins, des combats violents ont repris dimanche matin, après une accalmie relative dans la nuit. Ces affrontements sont les plus importants entre les deux tribus depuis le cessez-le-feu conclu en mars 2012 pour mettre fin à des combats ayant fait près de 150 morts.

Les Toubous, à la peau noire, vivent à cheval sur la Libye, le nord du Tchad et le Niger. Ils dénoncent leur marginalisation au sein de la société libyenne. Ils sont accusés régulièrement par les autres tribus de compter dans leurs rangs des combattants étrangers venus notamment du Tchad. Les tribus arabes dénoncent l'"inaction" du gouvernement face à une "invasion étrangère", en l'absence d'une armée nationale libyenne capable d'imposer l'ordre.

Les affrontements tribaux à Sebha pourraient affecter la production dans plusieurs champs pétroliers de cette région désertique, au moment où le pays fait déjà face à une crise pétrolière sans précédent en raison du blocage depuis juillet des principaux terminaux pétroliers dans l'Est du pays.

Depuis la chute du régime de Kadhafi, plusieurs affrontements meurtriers ont eu lieu entre tribus, en raison de différends historiques ou pour le contrôle de la contrebande aux frontières.

Sur le plan politique, le Congrès général national (CGN, Parlement) ne se réunira pas dimanche, en l'absence d'un consensus sur le sort du gouvernement d'Ali Zeidan, après plusieurs jours de tractations entre blocs politiques, selon un député.

"La séance de dimanche a été reportée, parce que les blocs politiques n'arrivent pas à s'entendre" sur une éventuelle motion de censure, a déclaré à l'AFP Mohamed Kilani.

Le gouvernement d'Ali Zeidan est régulièrement critiqué pour n'avoir pas su rétablir la sécurité dans le pays, plus de deux ans après la chute du régime kadhafiste.

http://www.lepoint.fr/monde/libye-un-vice-ministre-assassine-heurts-meurtriers-dans-le-sud-12-01-2014-1779339_24.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires