Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 20:40

À Dakar, le président français s'est prononcé en faveur de "relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité".

"Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un exemple ni pour délivrer des leçons de morale", a annoncé François Hollande devant l'Assemblée nationale sénégalaise.

"Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un exemple ni pour délivrer des leçons de morale", a annoncé François Hollande devant l'Assemblée nationale sénégalaise. © Seyllou / AFP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la tribune du parlement sénégalais, le président français François Hollande a solennellement proclamé vendredi la fin de la Françafrique, sa foi en l'avenir du continent noir, de son économie et de sa jeunesse et sa volonté d'entretenir avec lui une relation "sincère". "Le temps de la Françafrique est révolu : il y a la France, il y a l'Afrique, il y a le partenariat entre la France et l'Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité", a-t-il lancé devant l'Assemblée nationale à Dakar avec l'ambition de "renouveler" cette relation.

Comme son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, qui s'y était essayé avec un succès mitigé, François Hollande compte bien refermer la longue parenthèse de ces réseaux d'influence qui, depuis les années 1960, mêlaient politique, affaires et affairisme dans les relations entre Paris et ses anciennes colonies africaines. "Les émissaires, les intermédiaires et les officines trouvent désormais porte close à la présidence de la République française comme dans les ministères", a-t-il tranché.

Les députés sénégalais applaudissent

Sans le dire, le président Hollande a pris aussi le contre-pied du "discours de Dakar" prononcé cinq ans plus tôt par Nicolas Sarkozy qui, effectuant lui aussi sa première visite présidentielle en Afrique dans la capitale sénégalaise, avait outré ses hôtes en affirmant que le "drame de l'Afrique" était "l'homme africain [qui] n'est pas assez entré dans l'histoire". À l'inverse, le chef de l'État a célébré une Afrique, "berceau de l'humanité", mis en avant une "histoire belle, rebelle, cruelle" avec le Sénégal. "Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un exemple, ni pour délivrer des leçons de morale", a-t-il insisté.

Mais cette "amitié", selon lui, doit supposer aussi des "devoirs" aupremier rang desquels la "sincérité". Ainsi, "nous devons tout nous dire, sans ingérence, mais avec exigence". François Hollande a ainsi dressé la liste des "valeurs" que la France et l'Afrique doivent, selon lui, avoir en partage : "le respect des droits de l'homme, l'égalité devant la loi, la garantie de l'alternance, les droits des minorités, la liberté religieuse". François Hollande, très applaudi par les députés, a érigé la démocratie sénégalaise en "exemple" pour le reste de l'Afrique.

"L'Afrique est un grand continent" (Hollande)

Le président sénégalais Macky Sall a été élu en mars dernier face à Abdoulaye Wade, battu après douze ans au pouvoir. Il avait lui-même battu en 2000 le président Abdou Diouf, successeur du premier président du Sénégal devenu indépendant de la France en 1960, le poète Léopold Sédar Senghor. Lors d'une conférence de presse conjointe avec Macky Sall, François Hollande avait déjà exprimé sa "grande confiance" dans le Sénégal et l'Afrique. "L'Afrique est un grand continent qui va devenir aujourd'hui un grand continent émergent", avait-il affirmé.

Il devait encore commémorer vendredi en fin d'après-midi le souvenir des victimes de l'esclavage en visitant la Maison des esclaves sur l'île de Gorée, au large de Dakar, aux côtés de sa compagne, Valérie Trierweiler. Puis, après un discours à la résidence de l'ambassade de France à la communauté française vivant au Sénégal, il devait quitter Dakar pour Kinshasa, où il assistera au Sommet de la francophonie. Cette visite sera l'occasion pour François Hollande de mettre à l'épreuve du feu sa nouvelle politique africaine quand il s'entretiendra avec le président congolais Joseph Kabila, réélu en novembre 2011 au terme d'élections qui, selon l'expression du président français, "n'ont pas été regardées comme étant complètement satisfaisantes".

 

http://www.lepoint.fr/monde/hollande-le-temps-de-la-francafrique-est-revolu-12-10-2012-1516379_24.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires