Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 14:05
NDJAMENA (Xinhua) - Le gouvernement tchadien tente de mettre de l'ordre dans les stations-services qui prolifèrent de manière irrégulière à Ndjaména, la capitale tchadienne, et interdit toute nouvelle construction.
Dimanche 20 avril 2014 | 12:00 UTC

 

"Malgré les interdictions officielles, des constructions anarchiques de stations de distributions et de dépôts des produits pétroliers se poursuivent", déclare le ministre tchadien de l'Energie et du Pétrole, Djérassem Le-Bémadjiel.

 "Ces stations qui essaiment sur les différents artères de la capitale au mépris des normes techniques et réglementaires en vigueur sont constitutives de danger potentiel pour les populations environnantes", ajoute-t-il.

 Depuis la mise en exploitation en 2011 d'une raffinerie au nord de N'Djaména, la capitale tchadienne, les stations-services prolifèrent à travers la ville. A côté de grands groupes pétroliers, des particuliers se sont mis à créer partout des points de vente de carburants.

  Plusieurs stations-services se retrouvent ainsi à côté des habitations, des écoles ou des bâtiments publics, alors qu'elles devraient en être situées à plus d'un kilomètre au moins de ces lieux. Des dépôts de produits pétroliers sont même implantés au sein des marchés.

 Il y a deux ans, une explosion dans un dépôt pétrolier illégal, au sein du marché de Dembé, l'un des plus importants de la capitale tchadienne, a fait de nombreux dégâts matériels.

  "Les normes de sécurité ne sont pas respectées dans la plupart de ces stations", affirme Abdoul Mahamat Saleh, directeur du raffinage, du stockage et de la distribution au ministère de l'Energie et du Pétrole.

 Certaines stations n'ont même pas de bacs de sables, ni d'extincteurs qui sont nécessaires en cas d'incendies, devenue fréquentes, affirme-il.

 Selon la procédure en vigueur, avant de construire ou d'exploiter une station-service, l'exploitant doit obligatoirement en faire la demande au ministre en charge des hydrocarbures.

 La demande doit être accompagnée d'une dizaine de papiers, par example un plan cadastral et un d'arrêté de gré à gré, un arrêté d'attribution ou d'une note d'affectation de terrain, un permis de construire définitif délivré par la mairie, une autorisation administrative d'exercice commerciale du ministère du Commerce, et autres.

Ensuite, les agents de la direction du raffinage effectuent une descente sur le site pour faire un dernier constat avant que le projet de décret qui donne l'agrément d'exercice ne soit engagé. Après l'obtention de l'agrément, un délai de trois mois est accordé pour la construction de la station.

 Mais dans la réalité, l'implantation de ces stations-services constitue un sérieux casse-tête, surtout pour les services de la municipalité de N'Djaména qui ne sont pas aujourd'hui en mesure de déterminer leur nombre exact.

Le ministère de l'Assainissement public et de la Promotion de la bonne gouvernance a mené, du 20 mars au 5 août 2013, des investigations sur la délivrance des lettres d'octroi des stations- services dans la ville de N'Djaména.

Les résultats de cette enquête, présentés début septembre 2013, restent sans appel: mauvaise application des textes réglementaires fixant les conditions d'octroi des stations-services par le ministère de l'Aménagement du territoire et la mairie de N'Djaména; mauvaise application par le ministère de l'Energie et du Pétrole des textes portant autorisation de stockage et de distribution des carburants; accroissement "de jour en jour" du nombre de stations- services dans la capitale tchadienne; multiples autorisations de stations-services sur des parcelles privées accordées par les différents maires qui se sont succédé; concentration des stations- services dans quatre arrondissements (N'Djaména en compte 10); mauvaise implantation des stations-services, parfois à côté des concessions ou édifices publics, etc.

La mission a ainsi découvert que sur les 97 sites ciblés, 30 seulement ont été réellement attribués et confirmés, 15 proposés au transfert, 23 non identifiés, 23 indisponibles et six hors liste.

 Au regard de ces constats, la mission d'investigations a recommandé l'annulation des attributions faites sur la base de fausses lettres d'engagement, le retour au Domaine des lettres d'engagement approuvés et non matérialisés au bout de neuf mois (comme l'exigent les textes) et l'arrêt d'attribution des stations- services par la Commission nationale d'urbanisme et la mairie (en attendant de mettre de l'ordre).

Le ministère de l'Assainissement public a également ordonné la fermeture des stations-services appartenant aux exploitants qui n'ont pas soldé les 50% du prix de leurs terrains, la destruction des mini-stations et pompes, la démolition des stations-services en situation irrégulière, etc.

Plus de six mois après et en dépit de toutes ces mesures, les stations-services prolifèrent de plus belle dans la capitale tchadienne. "Pour mettre terme à cette anarchie et protéger les populations des effets néfastes de cette prolifération, toute nouvelle construction est strictement interdite sur l'ensemble du périmètre urbain de la ville de N'Djaména jusqu'à nouvel ordre", martèle M. Djérassem Le-Bémadjiel.

 "Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les textes en vigueur", ajoute-t-il. Il appelle les éléments des forces de l'ordre, les agents de son ministère, ceux du ministère de l'Industrie et du Commerce, de l'Autorité de régulation du secteur pétrolier aval du Tchad (ARSAT), ainsi que la voirie urbaine, à "l'application stricte" de cette interdiction.

"Il ne suffit pas seulement d'interdire la construction de nouvelles stations-services, mais il faut mettre de l'ordre dans celles qui pullulent. Il est temps d'agir, sinon le pire viendra un jour", indique Mahamat Ahmat Adoum, leader de la société civile.

     Pour lui, la fin de l'anarchie n'est pas pour demain, tant qu'il n'y a pas la volonté politique de sévir. Car "les exploitants de stations-services constituent un puissant lobby", conclut Mahamat Ahmat Adoum.

 

http://www.afriquinfos.com/articles/2014/4/20/tchad-gouvernement-veut-arr%C3%AAter-lanarchie-dans-stations-services-251643.asp

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires