Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 16:26

Des ministres arabes mettaient la dernière main dimanche au Caire à un projet de sanctions contre la Syrie avant de le soumettre à une réunion plénière qui devrait l'entériner avec l'espoir de parvenir à faire cesser la répression sanglante de la révolte.
Le projet prévoit un gel des transactions commerciales gouvernementales avec la Syrie et des comptes bancaires du  dans les pays arabes, la suspension des liaisons aériennes entre les pays arabes et la Syrie et une interdiction de voyager dans les pays arabes pour des responsables à déterminer.

 

Si ces sanctions sont votées, il s'agira des premières d'une telle ampleur de la part de la Ligue arabe à l'encontre de l'un de ses membres.
Mais le pouvoir syrien semble ignorer ces réunions, accusant seulement les Arabes de vouloir "internationaliser" la  en Syrie, où la répression a encore coûté la vie dimanche à 9 civils et où l'augmentation des attaques de déserteurs contre l'armée font craindre un glissement vers la guerre civile.
Le Comité ministériel chargé du dossier syrien -Qatar, Egypte, Soudan, Algérie et Oman-, a entamé en début d'après-midi ses discussions, en présence du chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, et du ministre saoudien des Affaires étrangère, Saoud al-Fayçal qui a demandé à s'y joindre.
La réunion doit passer en revue les sanctions élaborées la veille par les ministres arabes de l'Economie et des Finances, avant de les soumettre à l'approbation de l'ensemble des ministres des Affaires étrangères arabes plus tard dans la journée.
Selon un responsable arabe qui a requis l'anonymat, des divergences sont cependant apparues pendant cette réunion, l'Algérie et Oman ayant mis en garde contre "toute précipitation dans l'approbation de ces sanctions qui auraient un impact catastrophique sur le peuple, avant le régime".
En revanche, les Etats pro-sanctions, comme le Qatar, ont estimé nécessaire de les mettre en application et de trouver parallèlement un mécanisme pour "limiter leur impact" sur la population, a ajouté ce responsable.
Pour être adoptées, les sanctions doivent être approuvées par les deux-tiers des membres de la Ligue arabe, devenus 21 après la suspension de la Syrie. Mais sauf surprise, le projet devrait être voté, malgré les réserves de certains pays.
Les monarchies arabes du Golfe, emmenées par l'Arabie saoudite, prônent une ligne dure à l'égard du régime syrien, mais d'autres pays ont exprimé de vives réticences, voire leur opposition, à des sanctions, comme le Liban, l'Irak et la Jordanie.
L'économie syrienne est déjà affectée par des sanctions européennes et américaines et des mesures similaires de la Ligue arabe risquent d'étouffer la Syrie, dont la moitié des exportations et près d'un quart des importations se font avec les pays arabes.
Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, dont le pays a appelé au départ du syrien Bachar al-Assad, participera à la réunion plénière arabe.
Avant de recourir aux sanctions, la Ligue arabe avait lancé deux ultimatums en une semaine, sommant Damas de cesser la répression et d'accepter l'envoi d'observateurs arabes, sous peine de sanctions.
Le régime de Bachar al-Assad a ignoré ses ultimatums mais samedi, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a accusé les Arabes de favoriser une "intervention étrangère" en Syrie, après leur décision de faire appel à l'ONU pour les aider à trouver un règlement.
Sur le terrain, la répression continue: neuf civils sont morts dimanche dans des opérations de ratissage et des perquisitions, principalement dans la province de Homs (centre), selon l'observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
En outre, l'Armée syrienne libre (ASL), qui revendique quelque 20.000 déserteurs et dont le chef Riad al-Assaad est basé en Turquie, a multiplié ces attaques contre les soldats et forces de l'ordre chargées de la répression, faisant une cinquantaine de morts depuis jeudi, selon l'OSDH.
Malgré les pressions et sanctions, la répression sanglante de la contestation populaire lancée le 15 mars a continué inlassablement faisant plus de 3.500 morts selon l'ONU et entraînant des dizaines de milliers d'arrestations.

 

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/syrie-la-ligue-arabe-reunie-au-caire-pour-voter-des-sanctions-26-11-2011-1740864.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires