Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 16:41
MOUVEMENT DU 3 FEVRIER
Communiqué n°007
Peur sur le Tchad
Une chape de plomb s'est abattue sur le Tchad... Et elle n'est pas seulement due aux chaleurs caniculaires que connaissent actuellement les ndjamenois et autres habitants de la terre de Toumaï. Car nul n'ignore que la liberté d'expression est constamment bafouée dans notre pays, et ce depuis plusieurs années. Pour un peu, on se croirait revenu dans les années 70, au temps où le règne du parti unique était la règle dans la majorité des pays du continent africain. A cette époque, des dictateurs tels que Bokassa, Houphouët-Boigny ou Gnassingbe Eyadema s'inspiraient tantôt de l'impérialisme du bloc de l'Ouest tantôt par du modèle soviétique à la Brejnev, le tout revisité à la sauce de la chefferie africaine. Il en résultait un étouffement de la vie démocratique de leurs Etats et la répression de toute velléité libertaire initiée par la société civile.
Ainsi, à l'heure des Révolutions arabes et de la démocratisation du continent africain, le Tchad apparaît donc comme une anomalie, un vestige du passé tant le régime d'Idriss Deby se complait dans un autoritarisme anachronique. La preuve en chiffres : au dernier classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, le Tchad se classait 139ème, en recul de 17 places (!) par rapport à l'année 2013. Les journalistes Eric Topona et Avenir de la Tchiré, abusivement emprisonnés, peuvent en témoigner, tout comme le célèbre blogueur Makaila Nguebla, expulsé du Sénégal sur demande de Ndjamena. Par ailleurs, des sites d'oppositions tels que le Tchadanthropus ou le blog du Makaila sont régulièrement censurés.
Quant aux médias officiels, ils n'ont rien à envier à la maestria propagandiste de la Pravda, journal officiel du Parti Communiste du temps l'URSS. Serinant à longueur de journée les prétendues réalisations de « Son Excellence le Chef de l'Etat Idriss Deby Itno » (une quarantaine de citations en moyenne pour un journal d'une durée approximative de 25 minutes) et louant « la clairvoyance, la générosité et le courage » de celui-ci, la télé nationale refuse délibérément de relayer la réalité socio-économique du Tchad, se muant en un grossier objet d'endoctrinement. Inutile d'ajouter qu'aucune place n'est laissée sur cette antenne à l'opposition, qu'elle soit présente au pays ou en exil à l'étranger.
Mais il y a plus grave... Car la peur s'est littéralement abattue sur notre pays. Les habitantes et habitants du Tchad n'osent plus émettre ne serait-ce qu'une critique à l'encontre du régime en place, de peur d'être stigmatisé, menacé, de perdre leur travail, d'être arrêté et transféré dans une des terribles prisons construites à l'attention de ceux que le pouvoir considère comme des « dangers pour l'ordre public ». La police politique, la sinistre ANS, a placé ses sbires partout et, au sein d'une même famille, la méfiance est de mise. Dans les cafés, bars à chicha et autres maquis, les personnes attablées évitent soigneusement les conversations politiques, de crainte que les oreilles indiscrètes ne se cachent jusque dans leur tasse de thé. Quant aux manifestations, il ne vient à personne l'idée d'en organiser une, tant la répression qui s'en suivrait serait féroce et impitoyable.
Il faudra pourtant qu'à un moment ou à un autre, les fils et les filles de Toumaï surmontent leur peur et se lèvent pour braver une dictature innommable. Comme dans les pays arabes en 2011, des manifestations doivent être organisées pour réclamer le départ de Deby et l'instauration d'une véritable transition démocratique qui permettra aux libertés fondamentales d'être enfin respectées. Car, comme le souligne avec force la devise du Mouvement du 3 février emprunté à Robespierre, « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » A bon entendeur, salut !
Fait à Caen le 24 mars 2014,
Collectif

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires