Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 19:32

Photo-Abdel.jpgNotre pays le Tchad, et plus particulièrement la capitale N’Djamena, est devenu le terrain de brigands de tous genres. Agressions corporelles, vols de voitures et de motos, cambriolages, braquages divers avec parfois mort d’homme : un bilan bien sombre !

Les habitants de la capitale vivent avec la peur dans le ventre et se cachent dans leurs maisons. Des gangs organisés qui opèrent avec une assurance déconcertante. Une situation qui a fini par amener la population à adopter de nouveaux réflexes dans l’espoir de se protéger.

 

Faisant mine d’être conscient de cette escalade, le gouvernement avait fait avait fait du combat contre l’insécurité une de ses priorités, mais la réalité le rattrape, et son discours est condamné à bégayer.

 
Malgré toutes ses proclamations solennelles et martiales, la population constate, sur la durée, une dégradation constante de la situation et un véritable abandon du service public de la sécurité.

 

De plus, en dépit de tous les efforts déployés par tous les ministres de l’Intérieur qui se sont succédé à la tête de ce département de la sécurité, le résultat est pitoyable et inquiétant.
Le chef de département de la sécurité actuel, vient ainsi de confirmer des cas d’agressions suivies parfois de morts dont la population est souvent victime dans la capitale. Les auteurs de ces forfaits n’épargnent personne. Même des personnalités pourvues d’un mandat public et donc bénéficiant d’une garde armée ont subi l’horreur de ces attaques. Le cas le plus récent (en date du samedi 29 mars), ce sont  ces commerçants qui sont  tombés dans la souricière de ces hommes armés, et qui sont en fuite. Les services de sécurité, avec des moyens obsolètes arrivent parfois à leur mettre la main dessus ; cependant la plupart de ces criminels, parfois connus, continuent leur cavale, assurés de ne jamais être inquiétés.

 

L’heure est grave très grave même, notre  pays semble  plonger dans une insécurité globale, sans que le gouvernement n’en prenne tout à fait conscience. L'insécurité globale, dans laquelle s'engouffre notre pays traduit l'absence notoire d'autorités étatiques conscientes de leurs responsabilités et de la gravité de la situation. Sans crier gare, avec le régime en place depuis 1990, on peut noter sans conteste une dégradation inquiétante de l'autorité dans le plein sens du terme ou mieux, une absence quasi-totale. Le pays s’achemine lentement, mais sûrement vers une insécurité totale sur l'ensemble du territoire national. Ce qui n'augure naturellement pas les prémices d'une paix sociale tant souhaitée par notre peuple, pour s'atteler à ses tâches urgentes de développement économique et social, venues à maturité.

 

Ainsi, en dehors des conditions de vie intenables et insupportables qui nous sont imposées par le  régime, il s'y ajoute que la sécurité des paisibles citoyens  qui est en ce moment mise à rude épreuve, par le développement de plusieurs foyers d'insécurité à travers le pays. Et malheureusement, le gouvernement de Kalzeubet PAHIMIDeubet, à l’instar de tous les gouvernements qui l’ont précédé,  semble incapable d'endiguer ou d'apporter la moindre solution contre ces foyers, en leurs opposant des forces publiques de sécurité à la dimension du danger qu'ils font planer sur tout le peuple et ses paisibles populations.

Pour nous, demain, nous allons encore assister à une nouvelle mise en scène de ce régime, comme d’habitude. Il présentera des pauvres innocents et les faire passer comme des boucs émissaires à la place des véritables criminels que le ministre de la sécurité  connait parfaitement.

 

Pourquoi le gouvernement  ne prend-il pas des mesures draconiennes à l’encontre de  ces gangs  qui terrorisent la population ? Certains malfaiteurs détiennent des armes à feu et se livrent aux braquages  en pleine capitale Ndjamena et que le régime  souhaite en faire une vitrine de l’Afrique ? Nous doutons qu’il arrive à son projet, parce que ces hors-la-loi  sont généralement proches du pouvoir et ce dernier craint pour sa survie de s’attaquer à leurs intérêts. Et comme le dit un proverbe en arabe tchadien : « l’eau chaude n’est pas un lieu d’amusement du crapaud » (« Almi hami ma liib kakko ») !  Curieusement, on remarque que le village inconnu d’Am-Djarass, transformé en ville dotées d’infrastructures spectaculaires et injustifiées, bénéficie de tous les soins en matière de sécurité. Sans doute que c’est elle, Am-Djarass, qui est appelée à devenir la fameuse « vitrine de l’Afrique » ?

 

En conclusion, l'Etat n'assume pas du tout sa charge régalienne concernant la sécurité publique des populations tchadiennes. Ce qui justifie la présence de nombreuses sociétés de gardiennage et de sécurité privée dans le pays au service des nantis, et argent que paye le contribuable tchadien pour sa sécurité finit dans les poches d’individus, plutôt que de profiter au pays.

 

 

 

Abdelmanane Khatab

 

 

  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires