Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 00:53

megaryef.jpg

Le  de l' libyenne, la plus haute autorité politique et législative du pays, a présenté mardi sa démission après l'adoption d'une loi bannissant de la vie politique les anciens collaborateurs du régime de Mouammar Kadhafi, qui pourrait pousser d'autres hauts responsables du pays vers la sortie.
"Tout le monde doit se soumettre à la loi, par respect de la légalité et de la 
Je vais être le premier à m'y conformer à et je vous soumets ma démission", a déclaré Mohamed Megaryef au cours d'une session plénière du Congrès général national (CGN).
Le Congrès doit toutefois valider la démission de M. Megaryef, a indiqué un membre du CGN, précisant qu'un nouveau président devrait être élu dans les prochains jours.
"Je vous quitte la tête haute, la conscience tranquille", a déclaré M. Megaryef, visiblement ému, affirmant avoir "épuisé toute son énergie au service de la nation".
Cette démission est attendue depuis l'adoption le 5 mai d'une loi controversée qui écarte de la vie politique les personnalités ayant occupé des postes de responsabilité sous l'ancien régime, depuis le 1er septembre 1969, date d'arrivée au pouvoir de Mouammar Kadhafi, jusqu'à la chute de son régime en octobre 2011.
Le texte exclut d'office M. Megaryef qui avait été ambassadeur en Inde sous l'ancien régime durant les années 1980, avant de faire défection et rejoindre l'opposition en exil.
Cette loi, qui doit entrer en vigueur le 5 juin, a été adoptée sous la pression de miliciens armés qui ont occupé deux ministères durant plusieurs jours.
"Faire usage des armes ou menacer d'en user (...) ne cadre pas avec les exigences de cette phase de reconstruction et de transition démocratique", a prévenu M. Megaryef, accusant certains membres du CGN d'avoir eu recours à des groupes armés pour imposer leur point de vue.
Certains juristes et politiciens contestent cette loi adoptée, selon eux, "sous la menace des armes" et considérée comme "injuste" envers des personnalités ayant milité contre l'ancien régime, même si elles l'ont servi à un certain moment de leur vie.
"Injustice collective"
Elu en août à la tête du CGN issu des élections du 7 juillet 2012, M. Megaryef, né en 1940 à Benghazi (est), avait passé 31 ans en exil dont une vingtaine comme réfugié politique aux États-Unis, avant de rentrer au pays dans la foulée de la révolte qui a mis fin au règne de Kadhafi.
Diplômé en économie et titulaire d'un doctorat en Finances en Grande-Bretagne, il avait fondé dans les années 1980 avec d'autres dissidents le Front de salut national libyen (FSNL), auteur de plusieurs tentatives de coups d'État contre l'ex-dictateur.
Durant son exil, M. Megaryef a été traqué par les services du renseignement de Kadhafi. Ce dernier avait lancé dans les années 1980 une campagne visant à liquider des opposants dans plusieurs pays arabes et occidentaux.
"Une nation qui ne reconnaît pas les sacrifices de ses enfants fidèles, est une nation qui pratique l'injustice collective et commet un péché grave envers son histoire, sa mémoire et son futur", a regretté M. Megaryef.
Le député indépendant Abdallah al-Gamati, a estimé que "le départ de M. Magaryef créera un vide", ajoutant qu'"il n'existe pas actuellement au sein du congrès une personnalité charismatique pouvant prendre la relève".
"La démission de M. Megaryef pourrait avoir de lourdes conséquences et perturber la phase de transition", a-t-il indiqué à l'AFP, ajoutant que plusieurs députés étaient favorables à une "décision exemptant le président du CGN de la loi sur l'exclusion politique".
Cette loi devrait aussi exclure d'autres membres du CGN ainsi que des cadres de l'administration et des ministres, dont celui de l'Intérieur Achour Chwayel, qui semble vouloir anticiper sa sortie.
Ainsi, le Congrès avait annoncé lundi avoir approuvé la proposition du Premier ministre, Ali Zeidan, de nommer un nouveau ministre de l'Intérieur, Mohamed Khalifa al-Cheikh, en remplacement de M. Chwayel, ancien officier de l'organe de sécurité kadhafiste, qui avait présenté sa démission.
Tarek Mitri, représentant spécial de l`ONU en Libye, estime que cette loi pourrait "priver les institutions de l'Etat de certaines personnes expérimentées et compétentes qui serait très difficile de remplacer".
M. Mitri a ajouté que l'ampleur de cette loi ne pouvait être évaluée dans l'immédiat. "Il y a encore une confusion sur le nombre de personnes qui seraient touchées", a-t-il dit à des journalistes.

 

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/libye-le-president-de-l-assemblee-nationale-presente-sa-demission-28-05-2013-2843731.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires