Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 14:54

SYRTE (Libye) - Les forces du Conseil national de transition (CNT) assiégeaient lundi Syrte, ville d'origine de l'ex-dirigeant déchu Mouammar Kadhafi, bombardée depuis trois jours par l'Otan.

Les combattants du CNT resserrent l'étau sur la ville, encerclant par l'est et par l'ouest les partisans de Kadhafi dans cette ville située à 360 kilomètres à l'est de Tripoli.

Les civils fuyant cette ville de 70.000 habitants évoquent les conditions de vie difficile pour ceux restés sur place.

"La situation dans la ville est très critique", assure Miftah Mohammed, un négociant en poisson fuyant la ville avec 60 personnes -membres de sa famille, proches et voisins- dans un convoi de sept voitures.

"Il n'y pas de nourriture, d'eau, de pétrole, ni d'électricité. Les enfants n'ont plus de lait. Cette situation dure depuis près de deux mois et les hommes de Kadhafi interdisent le départ des habitants", témoigne-t-il.

Selon lui, "des mercenaires africains, notamment du Tchad, sévissent dans le centre ville et sont postés sur les toits interdisant aux gens de partir".

Une radio pro-Kadhafi émet à Syrte des messages de propagande pour rallier ce qui reste de loyalistes, selon des habitants.

"Vous devez mourir pour Kadhafi, vous devez mourir pour la patrie", indiquent ces messages faisant l'éloge du "grand Guide", en fuite depuis plus d'un mois.

L'Otan a indiqué lundi que ses avions avaient bombardé la veille un centre de commandement et de contrôle, des dépôts de munitions, un radar et des lance-roquettes à Syrte.

Sur le front ouest, aucun combat n'a eu lieu lundi matin, selon les commandants sur place tandis qu'à l'est, des accrochages se sont produits dans la matinée lorsque un convoi de 150 combattants pro-CNT est entré dans la cité.

Sur le front de Bani Walid (170 km au sud-est de Tripoli), les combattants positionnés à l'entrée de la ville subissaient toujours les tirs de roquettes lancés depuis l'intérieur par les forces pro-Kadhafi.

"On en a marre d'attendre, on sait qu'on peut prendre Bani Walid": comme Ramadan Khaled, les combattants du nouveau pouvoir libyen veulent lancer l'assaut sur le bastion pro-Kadhafi.

"On est là depuis 20 jours, on veut entrer dans Bani Walid, comme les autres combattants qui sont en train de prendre Syrte", expliquait dimanche cet homme de 32 ans, réfugié derrière un mur de brique.

Sur le plan politique, des luttes intestines pour le pouvoir retardent la formation d'un gouvernement transitoire annoncé en principe pour cette semaine ont indiqué à l'AFP des hommes politiques à Benghazi.

Appelé à gérer la transition en attendant de nouvelles élections et la rédaction d'une nouvelle Constitution, ce gouvernement était initialement attendu le 18 septembre.

Reconnu par l'ONU comme représentant du peuple libyen, le CNT a annoncé le 2 septembre qu'il comptait diriger le pays jusqu'à l'élection dans huit mois d'une Assemblée constituante, avant des élections générales un an plus tard.

Par ailleurs, le géant pétrolier italien ENI a annoncé lundi avoir redémarré sa production de pétrole en Libye sur le gisement d'Abu-Attifel, situé à 300 kilomètres au sud de Benghazi. ENI est le premier producteur étranger d'hydrocarbures en Libye, pays dont l'Italie est l'ancienne puissance coloniale.

Un peu plus d'un mois après la chute du "Guide" après 41 ans de règne sans partage, les nouvelles autorités ont annoncé dimanche la découverte d'un charnier à Tripoli renfermant les corps des victimes d'un massacre commis par l'ancien régime en 1996.

Les restes de plus de 1.700 détenus exécutés en 1996 dans la prison d'Abou Salim à Tripoli ont été trouvés dans un charnier, selon le CNT.

Un comité technique a été chargé de l'identification des corps, mais cette opération "nécessiterait un certain temps", selon un responsable du CNT

Des organisations de défense des droits de l'Homme avaient dénoncé l'assassinat en 1996 de centaines de personnes dans cette prison où étaient détenus de nombreux prisonniers politiques.

Ce massacre est indirectement à l'origine de la révolte qui a éclaté mi-février puisque les premières manifestations à Benghazi, principale ville de l'Est, ont eu lieu à l'appel de familles de prisonniers tués, qui protestaient contre l'arrestation de leur avocat.

Par AFP
http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/libye-le-fief-de-kadhafi-assiege-le-cnt-peine-a-former-un-gouvernement_1034095.html?actu=1 

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires