Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 19:10
Par Journaldebrazza.com, ACI - 17/07/2012

Compte-rendu du déroulement du vote à Makélékélé, Bacongo, Poto Poto

 

Brazzaville
La participation a été très faible, dans la première circonscription de l’arrondissement I Makélékélé, où le vote a démarré à 8 heures. Au niveau du bureau de vote n°1 qui avait un total de 814 inscrits, plusieurs personnes n’ont pas reçu leurs cartes d’électeur, d’autres par contre avaient leurs cartes mais leurs noms ne figuraient pas sur les listes électorales. Cette faible participation s’explique aussi par le peu d’intérêt de certaines personnes pour la politique pour des raisons qui leur sont propres, le manque des cartes d’électeur chez certaines personnes et la non inscription sur les listes électorales, a-t-on appris auprès desmembres du bureau de vote. Toutefois, les délégués des différents candidats ont reconnu la transparence dans le déroulement du vote, ce qui va éviter la contestation des résultats. Dans cette circonscription qui avait 15 candidats en lice, 13 seulement avaient leurs représentants dans ce bureau de vote. Aucun incident majeur n’a été enregistré.

A Kinsoundi, dans la 4ème circonscription, le centre de vote de Sotexo-Usine, avec 3488 inscrits avait 7 candidats à la conquête d’un siège à l’Assemblée Nationale, dont Anicet Wilfrid Pandou (alias Willy Matsanga), député sortant. Le vote a commencé à 9 h 10mn par manque de bulletins de vote du candidat de l’UDR-Mwinda. Dans cette circonscription, les mêmes problèmes ont été enregistrés, entrainant ainsi un faible taux de participation pour les mêmes raisons évoquées à Makélékélé 1.

 

 
© congosite.com 
Un électeur dépose son bulletin dans l'urne

A l’école primaire Loango-Marine dans la 4ème circonscription de Makélékélé, il y a eu au total 1706 inscrits, dont 778 pour le centre, siège du quartier et 7042 inscrits à l’école primaire de Kingouari.
Dans la circonscription électorale de Makélékélé 3 où 18 candidats ont sollicité les suffrages de plus de 20.000 électeurs, seuls 2000 ont accompli leur devoir civique, indique-t-on. Les bureaux de vote ont ouvert pour la plupart à 10 heures 15 mn et entre 8 et 9 heures pour certains. Ce retard se justifie par le manque de bulletins de vote de certains candidats, du matériel électoral et l’affichage tardif des listes électorales. Plusieurs personnes n’ont pas reçu des cartes d’électeur, d’autres n’avaient pas des noms sur les listes. Celles qui avaient retrouvé leurs noms sur les listes n’étaient pas détentrices des cartes d’électeurs, mais elles ont été autorisées à voter à base des pièces d’état-civil reconnues par la loi (acte de naissance, passeport, permis de conduire …), toutefois assistées de deux témoins. L’autre problème qui mérite d’être corrigé, c’est celui de la vétusté des listes électorales qui a pénalisé beaucoup d’électeurs en âge de voter, mais n’étant pas inscrits sur ces listes. Un fort taux d’abstention a été constaté et beaucoup de bulletins nuls enregistrés. En somme, l’élection a connu un bon déroulement et s’est terminée à 18 heures conformément à la loi, malgré des réactions des électeurs qui s’étaient amassés devant le centre de vote, dans l’espoir de bénéficier d’une faveur de la part des hommes en uniforme qui se sont bien comportés.

Dans les bureaux de vote de Ngangouoni et Matsoua, sur une moyenne de 900 votants par bureau de vote, seuls quelque 150 électeurs ont pu accomplir leur devoir civique. Le dépouillement s’est fait dans l’obscurité par manque d’électricité dans la zone, sous l’œil vigilant de la force publique.

Bacongo 
Le scrutin a connu une participation timide de 59.817 électeurs inscrits dans les deux circonscriptions. Au total 77 bureaux de vote ont été ouverts dans 20 centres pour les deux circonscriptions électorales à raison de 17 candidats en lice pour la première et 18 autres dans la deuxième. De nombreux électeurs n’ont pas retrouvé leurs noms sur les listes électorales et certains autres n’ont pas reçu leurs cartes d’électeur. De même, il a été constaté un retard dans le lancement du scrutin, l’ouverture des bureaux de vote, la livraison des bulletins de certains candidats, ainsi que la présence des urnes et isoloirs en mauvais état. Au centre du lycée Pierre Savorgnan de Brazza, le vote a commencé à 10 h30 au lieu de 7 heures par manque de bulletins de certains candidats. Dans certains bureaux, les listes des électeurs n’ont pas été affichées, leur nombre étant insuffisant.

 

 
© congosite.com 
Un électeur dans l'isoloir

Poto-Poto
Au niveau de l’arrondissement 3 Poto-Poto, des troubles ont été observés dans certains bureaux de vote lors du scrutin, plus particulièrement dans les quartiers 32 et 33 se trouvant dans la deuxième circonscription de cette entité administrative. Ce désordre a été observé dans les bureaux de vote des trois écoles primaires de cet arrondissement, notamment Grande Ecole de Poto-Poto, Pierre Ndzoko, 15 août 1963 où les militants des candidats du Parti Congolais du Travail (PCT) et ceux de l’Alliance Nationale des Congolais (ANC) se sont affrontés, a-t-on constaté. Selon les informations recueillies sur place, ces affrontements ont été dus par le fait que les militants de l’ANC auraient accusé les sympathisants du candidat du PCT de faire voter des électeurs dont les noms n’étaient pas inscrits sur les listes électorales ou qui voulaient accomplir ce devoir civique avec des fausses identités. Cette situation a engendré un désordre dans ces bureaux de vote où le calme a été restauré grâce à la présence des «unités spéciales» de la force publique congolaise aux environs de 12 heures dans les écoles primaires Pierre Ndzoko et 15 Août 1963; tandis qu’à la Grande Ecole de Poto-Poto le calme n’a été rétabli que dans l’après-midi vers 16 heures. Face à ce constat, le candidat de l’ANC, dans la deuxième circonscription de Poto-poto, Jean Romuald Tchicamboud, (alias Moubenda), a fustigé le comportement des militants de son adversaire politique Jean de Dieu Kourissa qui s’est caractérisé, selon lui, par «des tractations obscures» et de la «manipulation psychologique». Il a appelé de ce fait les militants et sympathisants du PCT à un comportement responsable pour le triomphe de la démocratie dans le pays. 

En dépit de cette situation, les électeurs ont accompli leur devoir civique avec un léger retard à cause de l’acheminement tardif du matériel de vote (vers 10 heures) dans la plupart des centres de vote. Selon des instructions données par le président de la CONEL, Henri Bouka, les centres de vote sur toute l’étendue du territoire devaient s’ouvrir à partir de 7h 00. Des irrégularités d’ordre organisationnel ont été constatées dans les bureaux de vote, notamment le manque de cachets, d’encre indélébile, d’urnes, chaises et tables. Dans le bureau de vote «La Poste» par exemple, les listes électorales ont été égarées au niveau du Bar «Tima», a fait savoir le président de ce bureau, Jacques Ndoussi. Le délégué de l’UPADS dans le bureau de vote «Foyer social», Patrick Biéné, a relevé, quant à lui, le déséquilibre entre les bulletins des candidats, dont le nombre devrait être égal à 790 inscrits sur les listes électorales. Après discussions, les membres du bureau de vote se sont accordés pour équilibrer cette équation. Les électeurs inscrits sur les listes et n’ayant pas reçu les cartes d’électeurs ont voté en présentant l’une des pièces d’état-civil autorisées par la loi (l’acte de naissance, le permis de conduire, les cartes scolaires, d’étudiant et le passeport). Quand à ceux qui ont reçu les cartes d’électeur sans être inscrits sur les listes électorales, ils n’ont pas exercé leur droit de vote, ont précisé les responsables des bureaux de vote de tous les quartiers. Le scrutin a été caractérisé dans l’arrondissement 3 Poto-Poto par un faible taux de participation des électeurs. 

Au centre Pierre Ndzoko, sur 845 inscrits dans un bureau de vote se trouvant dans ce centre, 96 électeurs ont accompli leur devoir civique. A l’école 15 août 1963, sur 823 inscrits dans un bureau, 102 électeurs seulement ont voté. A la mairie de Poto-Poto où le nombre d’inscrits était de 1482, plus de 623 électeurs ont accompli leur devoir civique. A l’école Marcel Bissila de la première circonscription de Poto-Poto, sur 1013 électeurs inscrits, 423 seulement ont voté. Au Centre de Santé Intégré (CSI) de Poto-Poto, sur 992 inscrits, 223 électeurs se sont présentés. Les bureaux de vote «Bouya1» et «Bar Le Pardon» ont eu respectivement 500 et plus de 1000 inscrits avec 40 et moins de 50 votants. Les bureaux de vote ont fermé au-delà de 18 heures.

http://journaldebrazza.com/article.php?aid=1715

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires