Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 00:03

 

Hollande---Deby.jpg

La bataille Hollande-Sarkozy tend vers sa fin. Tant en Europe qu’en Afrique, elle passionne et inquiète, surtout en Afrique francophone. Une certitude : l’arrivée de Hollande à l’Elysée n’est du goût de N’djaména. Un socialiste au pouvoir signifie  une nouvelle politique étrangère et changement des donnes. Voilà ce qui peut couper appétit et sommeil à nos princes.

Les résultats du 1er tour des présidentielles françaises sont connus. Le président sortant Sarkozy est distancé de moins d’un point et demi  par le candidat socialiste, soit 28.63 contre 27,18% des voix. Apprend-t-on que c’est pour la première fois que cela arrive dans la 5ème République en France. Cela dit, la politique qu’a menée Sarkozy a déplu au peuple français d’où le rejet de son système fondé sur la concussion, la stigmatisation de l’autre, le halal, et bien d’autres thématiques version lepéniste. Le fait qu’il est entrain de vouloir siphonner les voix frontistes (18,5%)  exprime bien plus son embarras et sa trouille à se faire réélire. Mais là relève purement de la cuisine française même si cette dérive droitière inquiète les Noirs d’Afrique et les Maghrébins. Une évidence : que ça soit en France ou dans le pré-carré français, Sarkozy n’a laissé de bons souvenirs, à part les bourdes et abus de langage. Son discours hégélien de Dakar reste encore vivace dans les esprits des noirs-africains. Alors ceux-ci auront-ils des remords pour son départ de l’Elysée, le 6 mai prochain ? En tout cas, les premiers à applaudir seront les ″gbagboistes″ et les ″kadhafistes″, bien sûr en Afrique.  Tellement que les liens entre cette dernière et la France ne datent pas d’aujourd’hui, la vie politique hexagonale reste une passion pour les africains, de surcroit les intellectuels et semi-lettrés. Mais pour cette année, les enjeux des présidentielles françaises sont de taille sur le continent. Ils  impliquent à la fois pays et peuples d’Afrique francophone, à fortiori leur destin. Quand bien même que les anciennes colonies se disent indépendantes, nombre d’elles, devenues Etats, ne parviennent pas à s’en sortir du joug paternaliste français. Et le pays de Toumaï en fait partie du lot d’éternels  soumis à la politique de l’Elysée.

Le Tchad, une « chasse gardée ». Sous Sarkozy, la relation entre la France et le Tchad s’inscrit dans la droite ligne de la Françafrique. Notamment, en passant par les fracassantes et meurtrières entrées des rebelles à N’djaména à l’affaire Arche de Zoé, Paris semble avoir le dernier mot sur la politique tchadienne, qu’elle soit nationale ou étrangère si cette dernière en existe bien sûr. Que la relation entre les deux (2) capitales soit distendue en une époque, cela n’a jamais signifié que Paris a lâché prise sur ses intérêts au Tchad. Comme l’a si bien écrit, Pierre Prier, dans un article, « le Tchad était la chasse gardée de la France. (…) A l’intérieur, aucun président ne pouvait régner longtemps sans l’aval de l’Elysée et du ministère de la défense ». Bien avant lui, Jacques Baroum  a avancé qu’il était « une partie intégrante du patrimoine français. Sauf qu’il ne bénéficie d’aucun privilège accordé aux vraies provinces ». Donc, ce qui résultera des choix du peuple français le 6 mai, concernera aussi directement le Tchad et son peuple. Mais entre les deux (2) candidats, Hollande et Sarkozy, y-a-t-il une préférence au Tchad? Certainement, Hollande est à éviter. Or selon les sondages, le prochain président français serait le candidat socialiste. C’est-à-dire François Hollande.

Une chose est certaine, avec Hollande au perchoir, les donnes vont changer à commencer par la Françafrique. Dans le 58ème des 60 engagements pour la France, dixit-il « je romprai avec la  Françafrique, en proposant une relation fondée sur l’égalité, la confiance et la solidarité ». En croire, le candidat socialiste, il débarrasserait la coopération France-Afrique « des formes anciennes héritées de la période postcoloniale dure et tournée résolument vers les défis des sociétés africaines du 21ème  siècle ». De cet engagement, se définirait la nouvelle orientation de la politique africaine de la France, sous Hollande. Le Tchad est, ainsi, prévenu, surtout le parti au pouvoir MPS.

En outre, l’élection de Hollande, mettra N’djaména dans des situations peu confortables. Il ne fallait pas être dans la tête de Jupiter pour savoir entre le MPS et le PS, tout n’est pas rose. Les fréquentations et l’estime ne sont ni cordiales ni modestes entre les deux (2) partis. Pour le pouvoir, parvenir à faire oublier ces « incidents » doit être inscrit dans son agenda, si les 55% de Hollande se confirment le 6 mai. Une victoire socialiste signifierait au Tchad le début d’un nouveau bras de fer entre le PS et le parti au pouvoir. Entre temps, survolons les averses prévisibles.

 Le spectre IBNI. L’affaire IBNI ressurgira et occupera une grande place dans la relation franco-tchadienne sous la présidence de Hollande. D’ailleurs, il serait même anodin qu’un socialiste puisse arriver au pouvoir sans la détaler. Et avec une majorité au parlement, le PS pourrait faire payer au MPS le prix de ses ″incivilités″. D’ailleurs, même sous Sarkozy, les parlementaires socialistes n’ont cessé de poser des questions embarrassantes au gouvernement. Dans ce cas que fera N’djaména ? Hypothèse n°1 : lancer la procédure et les enquêtes. Hypothèse n°2 : s’obstiner et refuser de coopérer.

Après l’épineuse affaire IBNI, s’invitera l’ouverture démocratique, le dialogue entre l’opposition et le pouvoir. Il est à souligner que le rapprochement et les accointances entre l’opposition démocratique tchadienne (PLD, UNDR, UFD/PR et AND) et le PS ne sont pas un secret de polichinelle. Etant le mentor de l’opposition tchadienne (CPDC seulement), le PS va contraindre le pouvoir en place à tenir des dialogues réunissant toutes les forces vives de la nation pour le rétablissement d’une réelle paix  et de l’Etat de droit au pays. Selon Kofi YAMGNANE, dans son habit de chef d’Etat, François Hollande adoptera la même ligne de conduite que Barack Obama, qui «fixer des standards démocratiques élevés et de ne pas légitimer des autocrates en leur rendant des visites de complaisance ou en les recevant aux frais de la République, un jour, pour ensuite les vouer aux gémonies».

Qu’il s’agit des brouilles PS-MPS, l’affaire IBNI ou l’ouverture démocratique au Tchad, le régime en place est appelé à négocier, et de fois, en coulisse à beaucoup céder. En tout cas, un rapport de force, version KAGAME, est à écarter. Pis encore. Ce n’est pas avec la politique du « chien aboie, la caravane passe », désuète qu’elle paraisse, dont le système régnant est adepte, pourrait arrêter les jacassements de Paris au nom de la liberté et de la justice, chères aux socialistes.

Cependant même si Sarkozy s’en va, du fait de la nature de relation qu’entretient Paris avec N’djaména, le pire est à écarter. Tout simplement, cette relation, s’inscrit dans un labyrinthe, relevant de la realpolitik et de la géostratégie,  aux contours abstrus hors de portée des profanes. Force est de constater que du fait de la conjecture économique mondiale. Alors il n’y a pas à se leurrer et s’illusionner pour attendre des miracles de la part du PS au Tchad, parce que, « les Etats n’ont pas d’amis, mais que des intérêts ».

Hassana Djidda Abdoulaye

Journaliste et Analyste

Dipl. Communication et relations internationales

 

Pierre Prier : le Tchad laboratoire de l’après Françafrique (source : lefigaro.fr)

Conflit Nord-Sud″ Mythe ou réalité ? page 73, centre Al Mouna 1996.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires