Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 03:29
Le débat engagé autour de la problématique du système diplomatique tchadien à travers plusieurs dysfonctionnements constatés dans nos ambassades mérite une attention particulière de la part du citoyen et diplomate tchadien que je suis. Personnellement, je partage le diagnostic de mon compatriote Talha et ses différentes propositions sommes toutes utiles pour le Tchad. Comme beaucoup de mes collègues diplomates, je suis très admiratif du talent et de la sagesse de notre compatriote qui a été à la hauteur du débat engagé depuis 5 ans. Sa constance et ses analyses raisonnables nous incitent davantage à l’encourager d’aller toujours dans cette direction. Il a été constant, cohérent, mesuré, courtois, responsable et digne d’un fils de Toumaï. Tout est en son honneur.
Il est vrai que la diplomatie comme on la définit, est l'art de défendre et de promouvoir les intérêts d’un pays, de cultiver des relations fécondes avec les autres États et d’œuvrer au triomphe de la justice et de la paix entre les peuples. Quand les passions sont déchaînées et que les hommes deviennent vraiment déraisonnables, sa mission est d’œuvrer à les cantonner dans les limites du tolérable, d'éviter l'irréparable et sans plus tarder, à participer à toute entreprise de bonne volonté destinée à préparer le retour à la paix et à la sérénité entre les nations en conflit. Toutefois, la politique étrangère relève du domaine réservé du Chef de l’État qui a le choix en dehors du cadre officiel d’obtenir des conseils appropriés auprès de qui de droit, pour préserver les intérêts du pays. Il ne s’agit pas d’une exclusivité des ministres ou des ambassadeurs. Aussi, chaque citoyen a le droit de s’exprimer sur le fonctionnement et la gestion de nos structures publiques qui doivent être conforme aux intérêts du Tchad et non pas des individus.
 
Il est vrai que dans les ambassades du Tchad à l’étranger, et à ce titre, l’exemple de Genève est éloquent ; le plus souvent nos ambassadeurs confondent allègrement la gestion publique et privée. Ils excellent dans la fourberie, le cynisme et l’hypocrisie et tentent par tous les moyens d’étouffer en vain ceux qui ont le courage de dénoncer ces pratiques et d’affirmer raisonnablement tout haut ceux que les autres pensent tout bas. Ces pratiques sont pour la plupart de cas, sujettes à des poursuites pénales. Mais comme dans le système actuel de gouvernance au Tchad, l’impunité étant la règle, ce sont les citoyens honnêtes qui payent le prix. Il arrivera certainement un jour, peut être dans un proche avenir ou la justice juste triomphera. C’est pourquoi, Il ne faut pas sous estimé les responsabilités individuelles, parce qu’ on a tendance à mettre le tout sur le dos du Chef de l’État des actes individuels que leurs auteurs se justifient par les fameuses « instructions venant d’en haut ». A Talha comme à tous les tchadiens qui mettent en avant l’intérêt du peuple, il ne faut surtout pas céder aux intimidations et autres campagnes de désinformation et d’intoxication des personnes parachutées et en mal d’assise sociale. Vos contributions font énormément du bien au Tchad et aux tchadiens. Si le gouvernement tient simplement compte des contributions de nombreux tchadiens quant à la méthode de gouvernance dans chaque secteur de l’État, il va s’en dire que le Tchad améliorera ses performances et répondra aisément aux attentes de ses populations. 

A mon avis,  le débat d’idées est le meilleur moyen de cheminer collectivement et efficacement vers les attentes du pays. Ali Abderaman Haggar, fin connaisseur des arcanes du pouvoir au Tchad a tiré la sonnette d’alarme dans son livre « Et demain le Tchad ...» en ces termes : « Je souffre de voir ce frère, au sens national du terme, avec qui j’ai eu à passer des heures entières à parler du Tchad, descendre sans ascenseur dans le trou de l’histoire, un trou savamment creusé par des personnages peu enclins à la grandeur historique et nullement soucieux de vivre dans leur pays, sous un arbre, dans un camp de réfugiés ou dans une suite d’hôtel au frais des poches occultes. Peu leur importe, pourvu qu’ils vivent ! Le Président est en partie responsable de ce qui lui arrive. Mais il ne doit pas être laissé seul supporter tout le faix des échecs communs. Chacun, ministres, conseillers, etc., quelque part a été responsable de quelque chose. Il faut avoir le courage de s’assumer, donc partager ce qui est partageable. Il est vrai que lorsqu’un chef, n’importe lequel, ne se laisse entourer majoritairement que de "griots"qui préfèrent s’asseoir au pied du fauteuil plutôt qu’en face sur des chaises destinées à cet effet, par exemple ; qui soufflent l’information à l’oreille plutôt que la faire transmettre par les canaux réguliers de l’État, qui saluent le chef sans le regarder honnêtement dans les yeux, qui se comportent presque en "esclaves de traîne", il est donc normal que l’erreur devienne la chose la mieux partagée ; Il est clair que le chef ne pilotera qu'à vue...». C’est à méditer.
diplomate tchadien

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires