Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos et Videos

Gen Tahir Guinassou:
Secretaire a la Defense de l'UFDD
  Vendredi 16.01.09 Tchad : Un commandant proche de la famille dictatoriale d’un secteur de 100 Toyota avec un effectif de 1500 éléments installé récemment sur l’axe Massaguet-N’goura sur ordre de Deby est en contact permanant avec les éléments de RFC. Veulent-ils rejoindre le RFC? Affaire à suivre… <> Malgré l’état dans lequel il était, Hinda la première dame a voulu et insisté que son mari donne une interview sur les ondes de RFI démentant les spéculations sur la santé de ce dernier mais le despote n’était pas en mesure de réaliser son intervention sur les antennes de la radio. Bye bye Deby. <> Jeudi 15.01.09 Tchad: L’occasion est en or pour le General le jeune Abderahim Bahar de renverser et remplacer son oncle le malade Idriss Deby a la mode Guinéenne et négocier avec la rébellion. Nous vous assurons le soutient de tous les jeunes et les tchadiennes et tchadiens vous seront reconnaissants. <> Le dictateur Idriss Deby semble avoir un malaise. Priez s’il vous plait pour qu’il ne se recouvre plus. Ameen. <> Avec la pénurie du fagot de bois et du charbon, plusieurs restaurants ferment leurs portes dont le reste utilisent le gaz pour la cuisine tout en élevant le prix de leurs plats. <> Mercredi 14.01.09 Tchad : Très cher(e) Ab. Votre question sur les identités des infiltrés est très pertinente et nous respectons votre curiosité. Nous craignons que la réponse à votre question compromettra la sécurité de nos envoyés et leurs informateurs car donner des précisions sur des informations très sensibles exposera les origines des ces renseignements. Tout ce qu’on puisse dire, cette personne est un officier supérieur dans l’Armée de Deby. Nous nous excusons de ne pas pouvoir vous satisfaire et nous vous remercions pour votre compréhension. <> Mardi 13.01.09 Tchad :La situation sécuritaire dans l'est est imprévisible avec des incidents isolés. Renforcement de la sécurité dans la zone de Dogdoré où des gendarmes supplémentaires ont été déployés ; des attaques de bandits (appartenant a la milice de Deby) ont forcé des ONG à se retirer laissant près de 30 000 déplacés sans aide. Epidémie de rougeole ; à la semaine 1 de 2009, un total de 345 nouveaux cas et 1 décès a été notifié. L'OMS appuie les activités de réponse. <> Un officier supérieur du rétrograde dictateur Idriss Deby dit qu’ils ont pu infiltrer beaucoup des espions dans la rébellion. Leur nombre dépasse une centaine de personnes. En tant que « rebelles », 21 parmi eux ont pu avoir une formation très avancée des armes sophistiquées et acquirent des informations très confidentielles. Une dizaine de ces infiltrés viennent de retourner á leur maitre en fouillant la rébellion par une voiture et perçant jusqu'à N’Djamena sans arrêt. <> Les cousins du dictateur tchadien Idriss Deby déguisés en coupeurs de route ont fait un massacre de plusieurs passagers tchadiens sur plusieurs voitures dans la région de Bokoro (Province de Chari-Baguirmi) pour les déposséder de leurs biens. <> Le dictateur Erythréen avait donné un « bon » conseil à son homologue le tyran tchadien Idriss Deby lors de sa dernière visite. « Si les civiles se mêlent de la politique, cela veut dire que leur ventre est plein. Comme plus de 99% des tchadiens ne vous aiment pas, il faut les plonger sans remord dans une terrible misère avec une souffrance aigue jusqu'à ce qu’ils arrêteront de parler de la politique » dit-il le retardé mental Erythréen Issayas Afeworrki. <> Le dictateur Deby, le sauvage au cerveau « d’argile » qui veut appliquer à la lettre ce conseil gratuit, est sur le point d’interdire l’importation du riz au Tchad dans les jours à venir dans le but de forcer les tchadiens à oublier de parler ou de se mêler de sa politique de régression et désolation. <> Première fois dans l’histoire du monde, des humains utilisent l’excrément d’ânes pour préparer leur thé. Le coût du sac d’excrément dépasse 4000 F cfa présentement à N’Djamena due à l’interdiction du charbon.
 

Recherche

Photos et Videos

CEMGA Gen Tahir WodjiCEMGA Adj UFDD Soumaine Boloki


La population de N'Djamena jubile

Adouma Hassaballah et ses hommes


Archives

Texte Libre

11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 14:13

fatimeraymonnehabre.JPG

Femmes Africaines, que de combats, vous avez menés

Adolescentes, célibataires ou mariées,

Souvent incomprises, malmenées mais toujours sollicitées,

Votre quotidien est de gérer, parents-foyer-activités,

 

Combattives, dignes et décidées, vous essayez d’exister dans ce monde, où de l’espace politique, vous êtes écartées, ou, confinées dans des rôles sans intérêts ou sans cesse surveillées.

Instrumentalisées pour des desseins inavoués, vous en êtes venues à trouver refuge dans des espaces discrets, frustrées et désappointées.

 

Dans cette Afrique soumise à la politique du chaos, vos destins se jouent dans le silence de cette gent masculine qui nous gouverne sans courage.

 

En ce 8 Mars, je vous invite à investir davantage l’arène politique pour exprimer vos idées et propositions pour l’avenir de nos pays.

 

Des milliers de femmes ont participé au Printemps Arabe, sur la place Tahrir, elles ont été violées, dans les rues de Tunis, elles ont été agressées mais elles ont persévéré jusqu’à la victoire finale. Une pensée pour elles.

 

Nous devrions nous inquiéter pour notre Avenir, et, pour notre Continent.

Chaque jour, des coups sont portés à nos valeurs, à notre dignité.

Chaque jour, des diversions sont organisées pour nous dissimuler le pillage de nos cités.

 

Jour après jour, des moyens sophistiqués réduisent à néant notre désir de changer notre destinée.

Que devrions- nous enseigner à nos enfants ?

Que la Téranga devra désormais porter des guillemets ? Quand des familles après 25 ans de vie, voient leur destin scellé par une multinationale du crime politique, médiatique et judiciaire ?

 

Que 200 jeunes filles africaines ont pu être enlevées et transportées en plein jour, dans des bus, sans être repérées par des drones pourtant à proximité.

Tout comme, il y a 20 ans, plus d’un million de tutsis ont pu être massacrés en 20 jours, sans aucune image des auteurs du génocide malgré les satellites positionnés.

 

Existe-t-il un débat autour des enjeux réels dans nos pays, ou bien, étouffons-nous sous une autocensure généralisée autour des questions économiques et du renforcement du Grand Capital occidental dans nos contrées ?

 

En ce 8 mars, plusieurs pays n’ont pu faire adopter le Code de la Famille faute de consensus sur les Droits des femmes.

 

De même, dans de nombreux pays, il n’y a plus d’opposition, à l’ère des drones, la répression a, désormais, elle aussi, des armes sophistiquées ; harcèlement fiscal, accusations de détournement de fonds, procédures judiciaires abusives. Cela donne, au finish, un mirage démocratique reposant sur un énorme clientélisme, des tripatouillages constitutionnels assurant tantôt des prolongations de mandat, tantôt des présidences à vie.

 

Un achat massif des consciences permet d’avoir des élections « apaisées » ainsi, se construit le mythe de la bonne gouvernance.

 

Comme on peut le relever, toutes les institutions sont en crise ; les institutions judiciaires ne sont plus crédibles, elles ploient sous la volonté présidentielle, l’armée est fragilisée par le blanchiment, le trafic de drogue, la fausse monnaie. La soi-disant Communauté Internationale - si prompte à décider qui, il faut juger, et, qui, il faut laisser tranquille - connaît tous ces abus, dérives et perversions. Au nom de ses intérêts économiques et stratégiques, elle soutient les hommes-lige qui lui obéissent et elle les aide à mettre en place ces fictions démocratiques, qui grandissent, sous son aile protectrice et prédatrice. Elle bénéficie dans cette complicité avec les régimes, de l’appui d’une société civile artificielle, prête à se mettre au service des citadelles d’argent et à porter leur guerre contre les priorités nationales.

 

Un bilan peu reluisant dans la conduite des affaires de la cité par la gent masculine mais qui contraste avec les discours ambiants sur une économie africaine prometteuse alors que l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale sont déstabilisées par des actions de terrorisme servant de prétexte à leur morcellement et à une remilitarisation économique : synonyme de perte de souveraineté et de pauvreté.

 

Cette faillite ne justifie t-elle pas qu’une place plus grande soit faite aux femmes dans les stations de pouvoir ? Notre continent n’a plus de leaders, il n’y a plus d’hommes  ayant un courage politique, ayant foi en leur pays, en la capacité de leurs populations de réaliser une vision au service des intérêts nationaux et de se mobiliser pour le faire.

 

Voici venu le temps des femmes !

 

Bonne fête ! A toutes les femmes.

Mme Fatimé Raymonne Habré

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog Chari
commenter cet article

commentaires